Dordogne Périgord : Hébergements de vacances en Dordogne Périgord (hotel, camping, gite, chambre d'hotes)
RECHERCHE :  
Site internet professionnel à moindre frais
  .: La Dordogne
    Infos générales
Les 557 communes
Situation générale
Carte touristique
Découpage administratif
  .: Nos Rubriques
    Hébergements de vacances
Sites touristiques
Activités et loisirs
Vignobles
Gastronomie
Artisanat
  .: Nos Dossiers
    Etapes Gourmandes
 La Dordogne en vidéo
 Visites virtuelles (360°)
 La Dordogne en ballon
La Dordogne vue du ciel
Châteaux en Dordogne
Bastides en Périgord
Périgourdins célèbres
Villes et villages
Vignoble Bergeracois
Les Eyzies et la Préhistoire
Truffe du Périgord
Noix du Périgord
Batellerie sur la Dordogne
Faune du Périgord
Le Camp du Sablou
Eugène Le Roy
  .: Notre Sélection
    Hébergements
Tourisme
Loisirs
Gastronomie
Divers
  CDT
  Club hotelier du Pays de Sarlat
  .: Outils
    Météo
Devenir adhérent
Quelques liens
Qui sommes-nous ?
Nous contacter
Crédits
Droits d'auteur
Responsabilité
Accueil
Découvrez notre partenaire : Pays des Bastides

ACCÈS ADHÉRENTS
Identifiant :
Mot de passe :

 
Dordogne-Perigord.com :
Périgueux, Bergerac, Sarlat, Nontron, Brantôme, Thiviers, Excideuil, Ribérac, Hautefort, Montpon-Ménestérol, Saint-Astier, Mussidan, Vergt, Terrasson, Thenon, Montignac, Le Bugue, Issigeac, Beaumont du Périgord, Sigoulès, Eymet, Monpazier, Lalinde, Les Eyzies, Le Buisson de Cadouin, Monbazillac, Montignac, Beynac, La Roque Gageac, Domme, Saint-Cyprien, Belvès, Villefranche du Périgord...
   
  Une réalisation Création Lambert
   

Etapes Gourmandes > Hôtel Edward Ier

Arjan et Marije Capelle
plaisirs métissés

Communication de Georges Clouzet publiée dans le n°154 du Journal du Périgord (Photos : Jac'Phot).

Dans une gentilhommière du XIXe siècle, à Monpazier, un couple de Hollandais affine une adresse renommée pour son élégance simple et sa parfaite symphonie des sens. Entre nord et sud les ponts de l’hospitalité et de la gastronomie sont solides.

 
  .: Menu
  puce Hostellerie St-Jacques [St-Saud Lacoussière]
puce Le Jardin Fleuri [Bosset]
puce L'Essentiel [Périgueux]
puce Le Chaudron Périgourdin [Le Bugue]
puce Restaurant Les Voyageurs [La Coquille]
puce Hôtel Edward Ier [Monpazier]
puce Auberge La Salvetat [Cadouin]
Le Méli-Mélo [Bergerac]
Hostellerie Les Griffons [Bourdeilles]
Auberge de la Rode [Domme]
Hostellerie Maleville [Beynac]
Le Relais du Soleil d'Or [Montignac]
Auberge de la Truffe [Sorges]
Le Périgord [Lalinde]
Manoir d'Hautegente [Coly]
Le Saint-Martial [St-Martial de Nabirat]
Les Glycines [Les Eyzies]
La Couleuvrine [Sarlat]
Le Gabarrier [Allas-les-Mines]

 

ann_steveVoici un couple qui brûle de passions pour le Périgord. Arjan et Marije Capelle sont Hollandais et font honneur à leur pays placé sous le signe de l’union de deux régions (la Hollande méridionale et la Hollande septentrionale) en 1840. Un peuple de marchands et de voyageurs ouvert aux influences. Ils sont arrivés à Monpazier il y a cinq ans. Depuis, le couple a donné naissance à une fille et un fils à… Bergerac.
Tous deux ont effectué un parcours à l’École supérieure hôtelière de La Haye.
Lui a travaillé chez Disneyland puis chez “Pierre et Vacances”. Elle, travaillait dans une agence de communication. Il manquait à chacun “un petit quelque chose”.
Il voulait exhaler leur sens de l’hospitalité. Après une vingtaine de visites à travers le Sud-Ouest de la France, ils ont posé leurs valises dans la bastide de Monpazier, à l’hôtel Edward Ier.
L’hôtel devient, peu à peu, une adresse réputée signe de plaisirs, de détente, de raffinement, de douceur. Des week-ends “Grand Amour” au forfait “Citroën 2 CV” en passant par le forfait “Golf” tout est mis en oeuvre pour que la rencontre soit la plus proche possible de la perfection.

MADAME EST AU FOURNEAU
Marije s’est transformée en “chef” qui joue remarquablement avec ses recherches incessantes de produits, de préparation et élaboration, de cuisson et de présentation.
On ne s’improvise pas cuisinière sans humilité. Elle le sait. Être autodidacte impose une vigilance sans réserve, un travail sur soi inlassable et une perpétuelle obligation de résultat.
L’hommage est rendu aux produits du Périgord. Ici le produit est roi, il est avant tout issu d’une relation confiante et régulière avec un producteur. Le foie gras au torchon servi sur une salade de mâche et des allumettes de pommes marinés accompagné de deux mousses exceptionnelles. La première composée de céleri assaisonné d’huile de noix ; la seconde orchestrée par des betteraves rouges assaisonnée au vinaigre balsamique. La queue de lotte en kadaïf, servie avec poireau et sauce avruga suspend les papilles le temps qu’il faut pour mesurer l’éternité. Enfin, la tarte fine aux figues servie avec son mascarpone aux… figues est délicate à souhait. La carte des vins est plutôt orientée régionale et laisse une grande place aux “Bergerac”. On ne s’en plaindra point. Le service est soigné à l’image de l’établissement. Discret, efficace. Précisons que Marije change son menu gastronomique chaque soir. Un vrai tour de force. Le cadre intimiste peut accueillir guère plus d’une vingtaine de convives. On y relève une table à deux située dans une des tourelles du château et où, déjà, la légende prétend que de magiques demandes en mariage ont été faites.



UN LIEU CHARGÉ D’HISTOIRES
La demeure date de la fin du XIXe siècle. Un marchand de bestiaux a laissé construire sur l’ancien rempart du village l’élégante bâtisse. Pour affirmer sa réussite il a donné deux tourelles à l’édifice. Au début des années quarante c’est un dentiste fuyant la guerre dans le nord de la France qui a racheté le château. Il y a habité jusqu’au début des années quatre-vingt utilisant la gentilhommière comme cabinet, laboratoire et lieu de résidence.

LE BISTROT 2
Bien dans leur réussite, Arjan et Marije Capelle viennent de reprendre l’hôtel de Londres tout proche. À l’entrée du village, sur la place du Foirail. Ils ont arrêté l’activité d’hôtellerie mais ont créé un bistrot “tendance” qui sera ouvert toute l’année. Une cuisine tout aussi chaleureuse mais plus simple est proposée. Midi et soir. La terrasse, avec ses glycines est un supplément d’âme les jours de soleil. Il complète l’offre distinguée faite à l’hôtel-restaurant Edward Ier qui reste la référence. Une générosité métissée et à partir de laquelle le Périgord s’attache une dimension internationale prometteuse.


Hôtel Edward Ier
Rue Saint-Pierre - 24540 Monpazier - Tél. 05 53 22 44 00 - Fax. 05 53 22 57 99
E-mail : info@hoteledward1er.com - Web : www.hoteledward1er.com
Le restaurant de l’hôtel Edward Ier est ouvert tous les jours sauf le mercredi soir. L’été il est ouvert tous les jours. 3 plats: 28 € - 4 plats: 32 € - 5 plats: 36 €.
 
 
    © 2007 Création Lambert